Nouvelles tendances dans la consommation de drogues…

Tout comme une majorité des pays européens, la France elle aussi se dirigerait vers une tendance à l’uniformisation, en matière de drogues, selon un éminent responsable scientifique, Christophe Palle, officiant à l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

En mai dernier l’observatoire, aurait publié  "Drogues et addiction", rapport qui établit les habitudes de consommation sur la dernière décennie, les soins, les dommages sur les consommateurs, ainsi que les saisies, et qui devrait aider le gouvernement dans l’élaboration du plan de lutte qui devrait très prochainement être dévoilé.

 

En matière d’évolution des drogues, on trouve de plus en plus de produits de synthèse, qui sont des molécules chimiques, imitant par leurs effets les drogues existantes illicites, sans être toutefois classées dans la catégorie des stupéfiants.

Profitant de ce flou des statuts règlementaires, les fabricants de ces produits de synthèse, se sont lancés massivement dans la vente sur internet.

 

Au tout début, ces sites étaient exclusivement anglophones, mais sont désormais également français, les trafiquants voyant là un moyen puissant et efficace de vendre leurs poisons.

Difficile de quantifier la consommation exacte vendue via les sites du web, mais ce que l’on peut dire, c’est que les "chimistes" font preuve de beaucoup d’imagination, en ayant inventé pas moins de plus de 70 substances "psychoactives" nouvelles, entre 2007 et 2012.

Ces chiffres ont été avancés suite à des interrogatoires de toxicomanes, ou encore grâce à leurs passages par les urgences médicales.

La consommation de drogues telles que la cocaïne, jugée à une époque comme faible, aurait accusé une tendance à la hausse depuis les années 2000. 

On peut classer la consommation des toxicomanes en France comme suit :

 

– Consommation chez les 18 – 64 ans, en hausse de 0.3% à 0.9% sur un an.

– Consommation chez les jeunes de 17 ans, en hausse de 0.9% à 3% sur un an.

 

A l’inverse, la consommation dans des pays tels que l’Espagne ou le Royaume-Uni a chuté.

 

Il faut savoir que les français restent de fervents amateurs de résine de cannabis, car facile à se procurer via le Maroc assez proche.

 

Enfin l’herbe fait l’objet d’un certain engouement des français, qui n’hésitent plus à la cultiver directement chez eux, ou pire dans ce que l’on appelle les "Cannabis Factories" véritables usines de production… On parlerait de près de 30 tonnes par an !

 

Je ne voudrais pas être pessimiste, mais je pense que le monde assassin des drogues en tous genres, a encore de très beaux jours devant lui. 

Insolite : du linge amidonné à… la cocaïne

L’ingéniosité des trafiquants et passeurs de narcotiques n’est plus à démontrer (et son démontage révèle toujours des surprises). Mais quand même, les douaniers et policiers de l’air de l’aéroport argentin Jorge Newbery (Buenos Aires) ne s’y attendaient guère : tout le linge de corps et les vêtements d’un passager en transit depuis le Paraguay vers Barcelone avait été empesé à la cocaïne. 38 kilos de surcharge qui vont coûter au passeur bien autre chose qu’une redevance supplémentaire pour son bagage en soute.

Continuer la lecture de « Insolite : du linge amidonné à… la cocaïne »

Lorsque le salaire ne suffit pas pour payer sa dose

Un chauffeur de bus a été arrêté lundi à Rennes avec dans sa sacoche 125 grammes d’héroïne et 700 euros . 

En vérité, il vendait de la drogue dans son bus. Cela faisait un moment que les policiers le soupçonnaient et le surveillaient. 

Ce chauffeur de bus de 46 ans dealait depuis plusieurs années et avait déjà été condamné pour consommation. 

Il a affirmé vendre quelques grammes de drogue pour s’offrir ses doses quotidiennes. 

 

Son employeur, la Société Star qui l’emploie se dit outrée par son comportement. 

A qui peut-on se fier !!

 

Conduire en état d’ébriété ou sous l’emprise de la drogue est formellement interdit et fausse le jugement et les réflexes. 

Je n’ose imaginer ce qui aurait pû se passer s’il était arrivé un accident pendant les heures de pointe à cause de ce bus ou bien si le chauffeur n’avait pu réagir à temps en cas de gros problème. 

La ville de Rennes est certes assez sécurisante, mais comme dans toutes les villes, aux heures fortes de la journée, les piétons traversent un peu n’importe où, n’importe comment… et une bousculade est si vite arrivée. 

Si maintenant, on ne peut se fier aux chauffeurs de bus…. 

Dans ma jeunesse, c’est l’alcool qui empoisonnait la vie des passagers des bus, j’ai souvenir d’un chauffeur de transport scolaire qui, en fin de journée, n’était jamais très clair. 

Il a pourtant fallu plusieurs plaintes et quelques années pour lui retirer son travail. Nous les enfants, étions toujours sur nos gardes avec ce père de famille qui aimait un peu trop la bouteille…. Lorsqu’il a perdu son travail, la société des bus lui a offert une cure de désintoxication…. et plusieurs mois plus tard, nous avons eu la surprise de le voir reprendre son travail non sans crainte. 

Craintes infondées puisque nous l’avons ensuite toujours connu sobre et aimable. 

 

Pour en revenir à ce chauffeur toxicomane et dealer,  qu’il consomme c’est son problème, mais pas pendant ses heures de travail !! J’avoue aussi qu’il n’est pas très malin de revendre des grammes dans son bus pendant ses heures de travail !!

 

Allons ! un peu de sérieux ! il y en a bien d’autres qui vendent et cela en toute discrétion !!

Je ne défends personne, je le précise, mais un peu d’intelligence dans ce que l’on fait d’interdit n’est pas mal non plus !!

Saisie record d’héroïne par la police française

 

« C'est une des plus grosses saisie d'héroïne jamais réalisée par la PJ », s'enthousiasme un enquêteur de la brigade des stups. Claude Catto, directeur interrégional de la police judiciaire de Lyon, a annoncé hier que ses services avaient démantelé un important trafic de stupéfiants entre les Pays-Bas et la région lyonnaise opérant par « go fast » (convois rapides).

Pas moins de 85 kilos d'héroïne et neuf kilos de cocaïne ont été saisis le 1er février au péage de Courcy sur l'autoroute A26 (Marne). "C'est la saisie la plus importante en France après une enquête", a précisé directeur de la PJ qui n'a pas pu préciser la valeur marchande de la drogue saisie. "A l'achat, la drogue vaut plusieurs centaines de milliers d'euros, le prix de revente dépend de la qualité du produit, dont l'examen est toujours en cours".

Quinze personnes ont été mises en examen et cinq d'entre elles écrouées. Les prévenus, âgés d'environ 25 ans et originaires de Villefranche-sur-Saône (Rhône) et Roanne (Loire), ont été mis en examen début février, tandis que le principal fournisseur, un Marocain interpellé aux Pays-Bas, était en cours de transfert.

L’enquête démarre en février 2008, quand les douanes saisissent 11kg d’héroïne et 5kg de coke dans la région de Reims, dans une voiture vide. Tout avance rapidement et les pistes mènent jusqu’à un réseau basé à Villefranche-sur-Saône et Valence. De là on écoulait la marchandise dans la région lyonnaise, ainsi qu’à Orléans et Paris. La PJ de Lyon est alors saisie de l’affaire. Les trafiquants sont placés sous surveillance et à plusieurs reprises, la PJ planque aux frontières pour tenter de repérer l’équipage. En vain. «Il nous ont mis dans le vent plusieurs fois. Et intercepter un go fast est une opération très risquée», explique Claude Catto.

DIPJ de LyonLe 1er février 2009,  après un an d'enquête en coordination avec les polices allemandes et néerlandaises, la PJ traque un nouveau convoi de drogue depuis la frontière belge. La marchandise circule à bord d'une puissante BMW M5 (neuve et payée en cash en Allemagne moins de 24heure plus tôt!) , qui roule à 220 km/h. Au péage de Courcy, sur l'A 26, les policiers déploient des herses. Mais la BMW force le barrage, crève deux pneus, tente de renverser des policiers qui ouvrent le feu, et s'enfuit. La voiture sera interceptée dans le centre de Reims après une course-poursuite de 20 km. Le conducteur est arrêté. Le passager, qui a pris la fuite à pied, sera interpellé quelques heures plus tard à Paris.

On a affaire à des jeunes de banlieue, des gens qui ont 25 ans, qui n'ont pas d'antécédents judiciaires très lourds et qui ne brillent pas par un niveau de vie très important. On peut considérer qu'ils sont pratiquement tous RMistes", a précisé pour sa part Michel Neyret, le directeur adjoint de la PJ de Lyon.

En 2008, la PJ de Lyon a saisi 5,97 tonnes de résine de cannabis, 216 kilos de cocaïne et 121 kg d'héroïne.

De nouvelles drogues font leur apparition sur internet

De nouvelles drogues apparaîssent sur internet.

Ce sont en fait des fichiers audio, proposés par des sites internets.

Basées sur les sons, elles pourraient exciter, détendre, mais pourraient aussi remplacer des drogues bien réelles.

La polémique s'emplifie, ces dernières semaines sur ces "drogues virtuelles".

Depuis environ un an, de nombreux sites proposent cette nouvelle façon de se droguer, par la simple écoute de divers sons, souvent très fort.

Cela fonctionnerait sur le principe de "battements binauraux" et ces sons de différentes tonalités, envoyés simultanément dans chacune des oreilles perturberait le fonctionnement du cerveau.

Cela pourrait aller de la simple décontraction, à l'excitation, mais plus inquiétant aux effets produit par les drogues :  alcool, marijuana, cocaïne et bien d'autres encore.

Continuer la lecture de « De nouvelles drogues font leur apparition sur internet »

Un Pigeon, en « Garde à Vue », pour Trafic De Drogue!!

  Pigeon : le dictionnaire nous dit que l’on appelle pigeon, une personne qui s’est fait berner, (rouler, avoir etc.), par son prochain.

Mais celui-ci,  est un sympathique volatile, accusé de trafic de drogue !!! 

 

Voici l’histoire « rocambolesque », de ce malheureux «  voyageur », pris en flagrant délit par la police Bosniaque, qui l’a « capturé », après avoir découvert que des détenus l’utilisaient pour introduire de la drogue à l’intérieur d’une des principales prisons de Haute Sécurité de Bosnie ! 

 

Notre pigeon, fut adopté comme animal de compagnie, par l’un des détenus, avec l’accord de l’administration pénitentiaire, bien sûr !

 

Seulement voilà, notre détenu, toxicomane, se servait de son protégé pour  transporter de la drogue dans de petits sachets accrochés à ses pattes. 

 

Apparemment, notre pigeon-voyageur n’était pas un débutant !!

Puisqu’il faisait d’incessants allers-retours entre Tuzla, et Zenica, dans le centre de la Bosnie, parcourant pour cela au moins 140 km, à chaque voyage !

 

L’oiseau a été placé en « garde à vue », par la Police, qui a lancé une enquête pour identifier ceux qui le « fournissaient » en drogue !

 

Josip Pojavnik déclare : « en attendant les résultats de l’enquête, nous ne savons pas quoi faire de ce pigeon, pour l’instant, il va rester derrière les barreaux !

 

Difficile de faire passer un pigeon aux aveux, n’est-ce pas Monsieur  Pojavnik ?   

 

Je connais, votre générosité, votre mobilisation, pour défendre la « cause » animale, vous me l’avez prouvé, avec notre mascotte C4N : Coco, notre coq amoureux ! 

 

Notre pigeon Bosniaque emprisonné, n’a même pas révélé son nom, c’est dire s’il est intègre !!!

 

Dès que l’enquête sera terminée, il sera à adopter !!!, sinon il est bon pour  la casserole……. 

 

« A vot’bon cœur, m’sieurs-dames »

 

 Source : la très sérieuse Agence Française De Presse, (c’est tout dire….){youtube}xfvuvOqEEAw{/youtube}     

Tom Boonen contrôlé positif à la cocaïne !

     Déjà cité il y a quelques mois dans une affaire de cocaïne par le coureur Tom Vanoppen, lui même contrôlé positif à la cocaïne, une nouvelle affaire vient entacher l'icône du sport belge. L'ancien champion du monde avait alors été cité comme fournisseur de cocaïne par le coureur, mais les analyses et les perquisitions, effectuées au domicile de ses parents, n'avaient rien donné…Mais depuis quelques jours, l'affaire refait surface…

Continuer la lecture de « Tom Boonen contrôlé positif à la cocaïne ! »