Le pastel, ou l’art au bout des doigts

Jamais le terme « créer de ses mains » n’a été aussi approprié. Le pastel s’applique avec les doigts, et chacun d’eux a sa spécialité et tous sont utilisés du fond au détail le plus infime du dessin choisi.

Le pastel a surtout une particularité c’est qu’il produit un effet velouté parfait pour les rendus de tissus (les drapés par exemple) mais aussi et surtout pour le grain de peau quelle que soit sa couleur. Mais la peau noire a ma préférence. J’éprouve un réél plaisir  à la reproduire

C’est le hasard qui m’a fait découvrir cette technique particulièrement attachante,  j’ai commencé par l’aquarelle, mais à l’occasion d’un anniversaire l’une de mes filles m’a offert un coffret de pastels.

Les premiers pas avec ces « craies »  ne me donnèrent pas immédiatement satisfaction, mais quelque chose me poussait à essayer encore et encore… et très vite, mes réalisations ont plu à mon entourage, mais surtout à moi-même. Alors, j’ai pris quelques cours… visité le site des Pastellistes de France et bien entendu les quelques (trop) rares expositions consacrées à cet art à part entière.

Aujourd’hui, je prépare, avec une amie qui a pris le virus elle aussi , et non sans éprouver une angoisse comparable au tract d’une première pour un chanteur, ma propre exposition, bien modeste, dans une petite ville de la banlieue Lilloise

Je suis curieuse et toujours envie d’expérimenter de nouvelles techniques, aussi, j’ai tenté le pastel sur toile, une technique différente où il faut utiliser des petites brosses, après avoir traité le support.  C’est un peu plus technique , mais le résultat est tout aussi bluffant.

J’aimerais arriver à vous convaincre d’essayer, et, si vous êtes tenté par l’aventure, un petit conseil, pour commencer, achetez quelques pastels (vendus à la pièce environ 2.40 Euros, suivant les marques, Sennelier et Rembrandt sont celles que je préfère personnellement)  constituez vous une gamme de couleurs que vous utiliserez le plus souvent suivant les sujets que vous allez réaliser, par exemple pour les paysages : une gamme de verts (certaines marques en possèdent une très grande variétés) des bruns, des ocres, des jaunes, des bleus pour les ciels, du blanc (à utiliser avec parcimonie préférez les tons les plus clairs de la base choisie)  d’autres choix seront à faire pour la mer, les portraits, etc..

Il existe aussi des crayons pastels qui sont très pratiques pour les tout petits détails et pour le tracé du dessin. Pour corriger les petites erreurs, une gomme spéciale, appelée « mie de pain » est nécessaire.

Quant aux supports, il existe plusieurs natures de support : les lisses, les cards (désormais, plusieurs grains possible), les velours …et même un simple papier aquarelle 180 g…

Pour ma part j’utilise de préférence le pastel-card qui présente une surface rugueuse (genre papier de verre) ou encore de temps à autre, comme je le disais plus haut : la toile traitée auparavant avec un Gesso spécial.

Enfin, et surtout, le pastel est fragile, il faut donc le mettre sous verre le plus rapidement possible (il existe du fixatif en bombe, mais il présente un inconvénient : il ternit et assombrit les couleurs) personnellement, je n’utilise pas de fixatif : j'encadre le plus rapidement possible.

j'espère que cet article aura pu donner l'envie à certains d'entre vous, peintres amateurs débutants ou confirmés, de se laisser tenter par cette technique, très attachante.

je reviendrais prochainement pour vous donner d'autres astuces.  

2 réflexions sur « Le pastel, ou l’art au bout des doigts »

  1. Merci pour cet article très intéressant
    Je tenais à vous remercier d’avoir fait cet artcile très intéressant sur le pastel. J’ai essayé moi aussi. Comme je ne vois pas très bien, je ressens au bout des doigts ce que je ne vois pas forcément. Je ne sais pas dessinée mais j’éprouve quand même du plaisir à reproduire fleurs, paysages, etc.
    J’en ai fait peu car je suis limitée par mes connaissances en dessin. Jamais, je n’ai suivi de cours, pourtant j’aimerai bien.
    Je vous souhaite bon courage pour votre expo. Malheureusement, j’habite dans les Deux-Sèvres et ne pourrai pas venir vous voir.
    Bien amicalement.
    Martine

  2. Plaisir charnel
    J’ai gouté au pastel. Le pastel fait partie de ces outils qui permettent d’avoir un rapport charnel avec le dessin. Le pastel est comparable à la peinture au couteau, du moins pour moi, tout dans le coup du poignet, dans l’instantané et l’impulsivité. Personnellement j’ai fait énormément d’esquisse, de nues au pastel et au fusain. Un régal. Certains préfèrent le pastel sec, d’autre le pastel gras, c’est un choix. Une petite astuce pour nettoyer vos « craies »: les rassembler par tons de couleur et les mettre dans un bol avec du riz blanc cru et mélanger. Le riz va prendre les dépots, les surplus et vos pastels de ressortir comme neufs.

Les commentaires sont fermés.