Elections 1974/ 2007, même scénario?

valc3a9ry_giscard_de28099estaing.jpg

Le taux record de participation à l'élection de 2007 rappelle celui de 1974 lorsque VGE fut élu de justesse face à son adversaire de gauche, François Mitterand.

Sarkozy gagnera-t-il lui aussi de justesse face à Royal?


Les sondages laissent à penser le contraire puisqu'ils sont plutôt défavorables à Ségolène Royal mais tout peut encore arriver avec une mobilisation très forte qui engloberait automatiquement des électeurs des autres partis.

En regardant de plus près les réformes entreprises en 1974 par VGE et son premier ministre Chirac, force est de constater que Royal et Sarkozy veulent revenir sur certaines de ces lois fondamentales.

Sarkozy n'est pas favorable au collège unique instauré par VGE et encore moins à une indemnisation sans contre-partie des chômeurs. Rappelons que la loi prévoyant l'indemnisation à 90 % du dernier salaire sur un an avait été vite abrogée par son prédécesseur en 1974 à cause de son coût élevé.

Chirac avait mis en place la politique du regroupement familial en contre-partie de la préférence nationale dans l'emploi. Sarkozy voudrait un durcissement de la loi en soumettant les étrangers et leur famille à des tests de langue française et en sélectionnant les étrangers entrants.

VGE avait aussi fortement augmenté les allocations familiales et le minimum vieillesse. Royal propose de relever les minima sociaux, les allocations… tandis que Sarkozy propose un assouplissement des 35h pour relancer le pouvoir d'achat.

D'autres réformes très importantes de 1974 comme le droit de vote à 18 ans, la loi Veil sur la légalisation de l'avortement, l'abolition de la censure, l'extension de la Sécurité Sociale aux artisans… ne semblent pas être remises en cause par les candidats même si chacun propose d'autres réformes de fond des retraites, de la Sécurité Sociale…

VGE avait entrepris de grandes réformes qui ont eu un impact considérable sur notre société. On remarque tout de même que les mesures sociales étaient souvent accompagnées de lois plus restrictives sur le plan économique comme l'autorisation administrative de licenciement ou la préférence nationale dans l'emploi.

Il est vrai que la situation économique de la France était différente et que mai 68 était encore bien présent dans les esprits.

Aujourd'hui, ce n'est plus le plein emploi, le pouvoir d'achat stagne, la dette publique est trop importante et la France perd du terrain par rapport à ses concurrents.

Ségolène Royal propose d'aller beaucoup plus loin dans les réformes sociales tandis que Nicolas Sarkozy préconise des réformes économiques plus restrictives.

Ce sont deux visions différentes mais qui exigent de grands réformes ambitieuses comme celles de 1974, sauf qu'en 2007, la situation est beaucoup plus difficile car la marge de main d’œuvre est plutôt faible.