Le ski français au rendez-vous des mondiaux.

 

Après les déconvenues subies par l’équipe de ski français au Jeux Olympiques de Vancouver de 2010, on se posait la question de savoir comment cette équipe allait se comporter cette année, aux mondiaux de Schladming en Autriche. Et bien nous voilà rassurés avec les nouvelles médailles d’or décrochées hier en slalom géant et en biathlon par de jeunes athlètes bourrés de talent.

Continuer la lecture de « Le ski français au rendez-vous des mondiaux. »

Le parcours littéraire et le talent hors norme de Guillaune Musso

La lecture et l’écriture sont des outils nécessaires au partage et de formidables moyens pour se cultiver et s’évader.

 

Ecrire est un travail de titan. C’est à la fois oser exprimer par les mots certains maux , mais c’est également pour l’auteur qui flirte avec le fantastique une jolie occasion de mêler à des faits réels certains fantasmes propres à chaque lecteur.

 

Suggérer est sans doute le côté le plus difficile du travail de l’écrivain, car il doit trouver les mots justes pour embarquer le lecteur sur son navire sans le forcer à le faire. Ce qui est propre à la romance, c’est sa faculté de faire naître des émotions et des images dans les coeurs et les esprits.

J’ai été bercée par les doux ronrons des chants dévastés de Baudelaire , j’ai adoré peindre intérieurement ce que m’évoquaient les lignes du "Bateau ivre", qui s’émancipait sous la plume de Rimbaud. J’ai aimé Maupassant, Victor Hugo, les exubérances d’Erasme dans son éloge de la folie. Je me suis également perdue dans la noirceur guindée des livres d’Agatha Christie, ou la démence géniale de Stephen King.

 

Mais….Il est un écrivain, qui sans avoir encore atteint quarante ans , a déjà acquis les suffrages des français. Guillaume Musso, dont chacun de ses livres témoigne de son audace ,de sa vivacité d’esprit de son talent , de son insolence parfois aussi. Un style qui lui est propre, et qui se retrouve dans chacune de ses lignes, un univers à part entière avec des personnages dont l’inconscient dissequé, mis à nu avec tant de réalisme, avec tant de connaissances aussi, se croisent les uns les autres, pour se recroiser le livre qui suit.

 

Guillaume Musso est un virtuose, un Tarantino de la littérature française, qui travaille visiblement dur sur ses oeuvres, mais dont le résultat se lit avec une telle fluidité, que je me suis  mise à pleurer à un arrêt de bus juste à la lecture d’une ligne.

Elaborés tels des films, avec des épisodes, des flashs backs, des fins surprenantes et étonnament humaines, ses livres comme "Parce que je t’aime" ou "je reviens te chercher" se réconcilient avec le côté littéraire dans les citations dont il chapeaute chacun de ses chapitres avec brio.

 

Recherche, culture, tolérance, empathie, ses sources sont multiples allant de Flaubert à de grands humanistes, en passant par des paroles de chansons de rock, si bien qu’à la simple lecture de ces citations mystérieuses l’imagination salive d’avance de ce qu’elle va pouvoir dessiner . Parfois , elle éprouve même quelques angoisses, car on le sait capable d’aller loin dans le trifouillage des émois.

 

Il est jeune ,il est joueur et il sait viser juste. Ainsi, dans "Parce que je t’aime", lorsqu’il décrit la façon dont un étudiant de quinze ans se fait immoler par d’autres jeunes dans un local à poubelles parce qu’il voulait juste étudier en paix, a-t-on ce frisson qui nous  parcourt l’échine,  et nous fait cesser la lecture quelques secondes parce que l’injustice de la situation est si bien rendue qu’elle nous en coupe le souffle.

Lorsqu’un collègue me l’a recommandé, et qu’il m’a dit que j’en deviendrai fan, je ne l’ai pas cru. J’ai lu le livre en une journée, en deux traites 4H chacune, parce que j’étais comme débarquée dans un univers différent, avec mes propres angoisses vécues à travers les personnages, mes propres travers, et parce que ,au delà de la fiction, Guillaume Musso fait toujours intervenir des personnalités qui ressemblent de très près à des gens que l’on a déjà vus ,à la télé ou au détour d’une rue, un soir d’hiver.

 

Surfant dans les rouleaux des sentiments, il arrive également à créer de jolis contes modernes à l’image de "La fille de papier", ou a revisiter certaines comédies américaines comme "je reviens te chercher".

 

Les mots me manquent pour résumer ce que je retiens "scolairement" et "humainement" des livres de cet auteur. Je pourrais en parler des heures durant, mais mon hommage touche à sa fin. La meilleure façon de comprendre ce que l’on peut ressentir à la lecture de cet artiste à part entière, c’est…de le lire, tout simplement!!

Michel Berger un artiste plein de talent.

 

Cela fait vingt ans aujourd’hui que Michel Berger nous a quitté, en partant à jamais dans son paradis blanc, qu’il a si bien interprété. Cette étoile de la chanson française reste à jamais gravée dans nos cœurs et brille encore de tous ses feux.

Continuer la lecture de « Michel Berger un artiste plein de talent. »

« Je ne suis pas Dieu » : Franck Vandenbroucke exorcise ses vieux démons

L'enfant terrible du cyclisme belge nous livre une autobiographie intitulée "Je ne suis pas Dieu". Franck Vandenbroucke exorcise ses vieux démons, la lente dérive de l'un des plus prometteurs talents du cyclisme belge.

Pour le moment ce livre n'est proposé qu'en néerlandais, mais devrait trés rapidement sortir en langue française.

 

Continuer la lecture de « « Je ne suis pas Dieu » : Franck Vandenbroucke exorcise ses vieux démons »

Economie de l’immatériel, une richesse inépuisable !

Maurice Lévy, président de Publicis, a remis au ministre de l'Economie Thierry Breton son rapport sur l'économie de l'immatériel (voir le résumé du rapport). « L’économie a changé. En quelques années, une nouvelle composante s’est imposée comme un moteur déterminant de la croissance des économies : l’immatériel ».L’économie de l’immatériel est un terme abstrait, surtout à une heure comme celle-ci. L’économie de l’immatériel ou économie de la connaissance, qu’est ce que cela veut dire ? Plus on avance dans le temps, moins nous vivrons dans des sociétés industrielles, plus nos développements auront une activité de services, une activité totalement immatérielle. C'est-à-dire que les richesses créées sont des marques, des brevets (ou inventions), des manières de travailler en réseau (via Internet).
Continuer la lecture de « Economie de l’immatériel, une richesse inépuisable ! »

Le web2.0 est il une nouvelle forme d’esclavagisme moderne ?

Le débat fait rage outre-Atlantique. Dans une missive enflammée, Jason Calacanis, qui dirige Netscape, dénonce la "mafia du Web 2.0" qui selon lui n’a pour seul but que de faire travailler la communauté internaute gratuitement pour son plus grand profit.

Comme d’habitude, il s’agit d’une affaire de gros sous ! La vieille économie de l’internet, les sites web1.0, mettent en valeur du contenu produits par leurs soins, et pour leur plus grand part issus finalement des médias traditionnels TV, presse, radio. Il s’agit "juste" d’une espère de relooking.

Continuer la lecture de « Le web2.0 est il une nouvelle forme d’esclavagisme moderne ? »