Search Results for: Charles Duchêne

Avec Ça sent encore la rose, Charles Duchêne rebrandit son martinet d’épines

À peine circonspect à l’endroit d’Emmanuel Macron dans son pamphlet Ça sent la rose, Charles Duchêne, dit Charly, est encore plus retourné : son quinzième essai, Ça sent encore la rose, monte encore le ton. Préventions et réticences ne sont plus de mise, la défiance s’est muée en exécration…Décapant. Pas de doute : pour Charles « Charly » Duchêne, Emmanuel Macron est bien l’ultra-président des richissimes. Et encore, faisant la récap’ des mesures marconiennes (depuis la présidentielle, donc n’abordant pas la vente d’Alstom à la CGE), au plus proche de l’actualité récente, Charly a balancé son pamphlet juste avant l’annonce de la suppression...

Lire la suite

Larme à gauche, ou le mouchoir brandi de Charles Duchene

Après avoir décortiqué l’élection puis le quinquennat de Nicolas Sarkozy, Charles Duchêne, avec Larme à gauche, balise les débuts de la présidence Hollande et du gouvernement Ayrault. Ce huitième essai, pamphlet mesuré, calibré, en laisse présager d’autres… si le PS aux manettes, comme le fait Obama aux États-Unis, se retrouvait à promettre que le réel changement ne pourrait intervenir qu’au cours d’un second mandat présidentiel. Charles Duchêne, dit Charly, pourrait faire une très fiable Madame Soleil sondagière, ou, pour le moins, songeuse fort bien inspirée. Très clairvoyant, mais ne se prétendant nullement voyant, il avait de fait prédit les...

Lire la suite

Selon que vous serez… version Charles Duchêne

Déploration de l’impotence, éloge d’une raisonnée audace, telle se présente la troisième livraison des chroniques picrosarkostiques (ce qui est légèrement redondant, picro signifiant « amer ») de Charles Duchêne. Selon que vous serez puissant ou misérable fait suite à Pas vu, pas pris et à l’initial Chacun pour soi. Charly préférerait idéalement Kahn (Jean-François) à Strauss-Kahn (Dominique) et n’en est point (déjà ou encore, allez savoir…) à souhaiter qu’une Le Pen nous soulage de l’omniprésence du ludion malfaisant (si ce n’est malfaiteur). Mais son exaspération monte à la cadence d’une manifestation à Tunis…   Je regrette un peu le réalisme, pas trop...

Lire la suite

Charly Duchêne récidive et tire les oreilles de François (H.) et Nicolas (S.)

Avant même que les sondages s’accumulent, Charles (« Charly », dit l’homme au chapeau pour maints visiteurs de salons du livre) Duchêne, bien avant la veille de la présidentielle de 2007, pronostiquait – amèrement – la victoire de Sarkozy. Ce n’était tout à fait joué, ce fut un beau coup d’édition (chez BTF Concept), peu remarqué alors cependant mais qui favorisa la diffusion de ses essais suivants. Lesquels s’accumulèrent (Chacun pour soi ; Après moi le déluge ; Pas vu, pas pris ; et l’éloquent On n’a plus besoin d’un plus petit que soi – sous-entendu, de Nicolas Sarkozy)....

Lire la suite

Sarko bashing : le dernier Charly Duchêne

Or donc Charles « Charly » Duchêne présentera son On n’a plus besoin d’un plus petit que soi au salon du livre de Paris 2012 (stand E96, BTF-Concept), ainsi que ses quatre opus précédents de Sarko bashing. C’est de nouveau illustré par Delambre, et comme c’est assez rapide à lire, je vous le présente « au fil de l’eau » (de la mare aux canetons). D’ac’, je lis vite, très vite, même en ayant oublié tout des méthodes de lecture rapide, mais c’est la force de l’habitude, et les 230 pages d’On n’a plus besoin d’un plus petit que...

Lire la suite

Dekeister & Duchêne, Amis privés ne se privant guère

Cet Amis privés, de Norbert Dekeister et Charles Duchêne chez BTF Concept éditions, est à la fois comique et sans. On entre un peu poussivement dedans, mais la sortie se fait sur les chapeaux de roue. Sur l’idée qu’il faudrait cesser de nous pousser dans le décor à orties. Pastiche d’Ennemis publics (autre échange de courriels entre plumitifs), ce livre d’amis se voue à la propagation entre amis d’amis, de proches en moins lointains déjà. Je vous écris d’un antre dont l’huis (vx ou littér.) supporte (spécialt. > assumer) un autocollant blanc au noir « ban comic sans » portant cette mention...

Lire la suite

Lectures en vrac… Ma chronique ratée d’Amélie Duchêne

Mais que fait donc ce « lumineux » ecclésiastique entre cette libidineuse Jeanne et cette non moins dévergondée de baronne ? Et pourquoi les bouquins de Duchêne sont-ils si peu souvent dans Le Canard ? Et pourtant si. Du « si » dont on fait le verre des bouteilles parisiennes de champagne, dit-on. Il y un lien entre tout cela, et c’est le fil ténu de l’impéritie torsadée de procrastination. Entre les expos de Catherine Ursin (cette fois à Montreuil et non à Marassa Trois où Pier Geering lui succède), de l’ami Tachdjian à La Condition publique (à Roubaix), du collectif (c’est pour éviter la...

Lire la suite

Charly mouche et fouette Macron et Ça sent la rose !

Déjà auteur d’un Le Pot aux roses consacré à François Hollande, Charly (Charles Duchêne de son pseudo antérieur) récidive, toujours aux éds JBDiffusion, en décochant des piques à Emmanuel Macron dans un (prématuré ou prémonitoire, c’est selon) Ça sent la rose !. Si la première impression compte, celle de Ça sent la rose collera durablement aux basques d’un président que Charly, devenu féroce pamphlétaire tel le père Duchesne (1789 et suivantes, pseudo collectif d’un précurseur du Marat publiciste de L’Ami du peuple), poursuivra sans doute de son exécration. Car ce petit opus d’une petite centaine de pages, quinzième du genre...

Lire la suite