Otages Français au Cameroun : Paul Biya réussit un grand coup !

Alors qu’elle visitait le parc de Waza situé à l’extrême nord du Cameroun au mois de Février dernier, une famille française avait été enlevée par des hommes inconnus qui les emmèneraient aussitôt au Nigéria. Ce n’est que deux semaines après que la secte islamique nigériane Boko Haram revendiquera dans une vidéo postée sur internet le rapt  de Tanguy, Albane Moulin-Fournier, leurs quatre fils âgés de 5 à 12 ans ainsi que du frère du père de famille.

Malgré tous les moyens déployés par les autorités nigérianes et Camerounaises, aucune trace des ravisseurs ne sera repérée. Ceci, en dépit du renfort d’un contingent de gendarmes français venu du Tchad voisin. Et, jusqu’ici, l’on croyait la situation totalement désespérée.

Pourtant, bien que lent mais efficace dans ses « affaires », Paul Biya le Président du Cameroun avec le soutien des autorités nigériane ne se lassera pas. Il  exploitera  toutes les pistes possibles, pour entrer en contact avec les ravisseurs. Une stratégie qui payera finalement, et de la plus belle des manières !

C’est ainsi qu’aux premières heures de  ce vendredi 19 Avril 2013, les camerounais entendront avec beaucoup d’émotions ceci sur les ondes de la Cameroon Radio and Télévision : «Le président de la République du Cameroun, Paul Biya, annonce à l’opinion publique nationale et internationale que les sept otages français enlevés le 19 février 2013 à Dabanga (nord) ont été rendus cette nuit aux autorités camerounaises" puis, sur les antennes cette fois de la Radio France Internationale juste quelques heures après, Monsieur Issa Tchiroma Bakary le Ministre Camerounais de la Communication indiquera qu’aucune rançon n’a été payée au ravisseur. Ce que confirmera lui-aussi François Hollande le Président Français au cours d’un point  de presse.

Ainsi, après deux mois de captivité, cette famille française retrouve la liberté.  Elle  sera  de retour ce matin en France, accompagnée de Laurent Fabius, le Ministre français des affaires étrangères, qui est sur le sol camerounais depuis quelques heures.

Toutefois, au moment où tout le monde entier savoure cette très bonne nouvelle, il convient de préciser que le véritable chef d’orchestre  de cette victoire historique reste Monsieur Paul Biya  le Président Camerounais, qui a su faire preuve d’une maturité politique établie. Un démenti que l’homme fort de Yaoundé adresse à ceux-là qui taxent souvent sa diplomatie de « somnolente ». Bravo Président !