Voilà le titre du premier roman de Vanessa CAFFIN, paru aux Editions Anne Carrière.

 

La couverture peu engageante du livre attirera-t-elle les lecteurs ? Le titre ? C’est possible….

Je n’ai pas acheté ce livre, il m’a été prêté par une collègue, qui l’a acquis ; Sa conversation avec l’auteur l’ayant convaincue.

Ma collègue, célibataire, moins de trente ans, a beaucoup aimé.

Moi, « ménagère de moins de 50 ans » (beurk, quelle horrible expression) moins.

En fait, je ne suis déjà pas « fan » de tous ces films où l’on voit des groupes de personnes se renvoyer les défauts de chacun à travers la figure le temps d’un week end, ou de vacances entre amis. «L’Auberge Espagnole » ce n’est franchement pas mon trip.

 

Mais….il faut reconnaître que la petite Vanessa a quelque talent.

 

Les personnages ?

Ils sont tous célibataires ou divorcés, ont une trentaine d’années, vivent à PARIS. Ils se connaissent tous plus ou moins, par amis interposés, se rencontrent chez les uns, chez les autres, ou chez un ami commun qui tient un café.

L’un des personnages fait le lien entre tous : Alice. Tous connaissent Alice…

Leurs relations amoureuses sont fragiles ou inexistantes. De quoi faire un roman ?

 

Mais voici des courriels anonymes, des appels téléphoniques virulents, des secrets qui se révèlent….des photos à ne pas montrer….

 

Je pensais lire un roman à l’eau rose, encore une de ses histoires d’amour qui finit…bien ou mal…et, d’un coup, au tournant d’une page, je crains de lire un thriller….le rouge apparaît….

 

Comment tout cela va-t-il finir ? Règlement de compte ? Règlement de coeur ?

Ne comptez pas sur moi pour vous le dire…

C’est Alice, écrivain, personnage central du livre, qui tient la plume et mène la danse.

  

Vanessa CAFFIN, 32 ans, est journaliste. Ce livre est son premier roman.

Elle a obtenu le prix du premier roman à l’occasion de la manifestation littéraire « LES MOTS DOUBS » à BESANCON, en 2008.

 

 – J’aime pas l’amour…ou trop, peut-être  – Vanessa CAFFIN –

 

besancon_mots_doubs_079.jpg  

Extrait:

"Elle citait Jacques Derrida: "Ce qu'on ne peut pas dire, il ne faut surtout pas le taire, mais l'écrire." Alice devait déborder de secrets, pensait Clara, car elle écrivait au moins un livre par an."

 

"A bientôt 30 ans, Alice avait potassé le sujet et pouvait déjà écrire un manuel sur toutes les erreurs à éviter après une rupture:

"3. Appeler ses amis. Ils vous offriront, certes, leur épaule pour pleurer, mais préfèreront que vous couchiez avec eux avant de parler"

….La lumière est au bout du tunnel, Alice". Et la claque, tu la vois au bout du tunnel ?