MA VISITE

La journée du patrimoine approche avec de nombreuses visites de monument à découvrir ou redécouvrir. Parfois des lieux qui ne sont jamais ouverts, sont, ce jour là, enfin visitables, et il ne faut pas manquer cela ; l’année suivante vous pourriez trouver porte close.

D’autres sont ouverts toute l’année, certains juste la saison d’avril à fin septembre.

 

J’ai donc visité récemment le château de VALLEROIS LE BOIS (Haute-Saône – 70) – XIIème siècle –

J’arrive par la petit porte car la grande n’est plus accessible actuellement. Tout est en travaux mais cela ne se voit pas. La maison est vivante !

Le salon flanqué d’une imposante et magnifique cheminée accueille les invités avec tout son mobilier. Une maquette trône sur la table et vous pouvez ainsi découvrir le château avant toutes les vicissitudes qu’il a subi au cours des ans. Ensuite, nous passons à la cuisine : ce jour là, la table était garnie de victuailles bien loin de nos règles d’hygiène actuelles. L’hôtesse, la traîtresse, nous sert un gobelet d’hypocras et ensuite….

Et bien voilà la bonne surprise (pour ceux qui boivent plus que modérément) : la visite se poursuit par la salle d’armes, avec démonstration d’escrime médiéval et explication quant à la façon d’enfiler une armure, puis dans les étages de la majestueuse tour du donjon (XIIème siècle) dont la rénovation est plus que bien avancée. Les murs et fenêtres ont retrouvé leur cachet d'antan, des planches séparent les étages, mais les escaliers qui vont de l’un à l’autre sont vertigineux et constitués de planchettes peu larges. L’hypocras aidant (c’est selon), allons grimpons !

Depuis les étages aménagés en chambres style moyen-âge, des ouvertures vous révèlent un paysage unique, de monts et prairies, le village en contrebas, le clocher comtois aux tuiles vernissées multicolores, les champs et les bois à perte de vue, au loin les Vosges Saônoises. (La tour du donjon est haute de 25mètres – la vue est imprenable).

Ce jour là, gentes dames et messires costumés nous offraient des démonstrations de danses médiévales et vous invitaient à danser ; une leçon de tir à l’arc vous était proposée et vous pouviez déguster des beignets à la cannelle ou aux pommes et vous abreuver dans la superbe cave voûtée.

 

L’HISTOIRE

Château et église forment un ensemble majestueux que l’on aperçoit sur la droite de la route VESOUL-MONTBÉLIARD ; et, la nuit, l’éclairage est enchanteur.

La tradition fait remonter l’origine de ce château à la famille de PONCE II, Sire de la Roche sur l’Ognon au XIIème. Plus tard, Etienne de MONTROST fait reprise de fief pour Vallerois au Duc de Bourgogne Jean Sans Peur. Il sollicite, en 1424, du duc de Bourgogne, Philippe le Bon, l’autorisation de fortifier sa propriété contre les ennemis et autres gens d’armes.

Philippe de MONTROST, écuyer, Seigneur de Vallerois et gentilhomme du roi de France Charles VIII, mourut très vieux sous François 1er, le 19 avril 1516, sans enfant. Son neveu hérita, il se nommait Florent de VAUDREY, alors installé en Champagne comme seigneur de Saint Phalle.

La seigneurie de Vallerois était de haute, moyenne et basse justice, et avait le droit d’instituer tous officiers nécessaires pour son exécution.

La Révolution entraîna la vente comme Bien national en 1794, l’utilisation comme exploitation agricole, l’abandon et la ruine.

Classé Monument Historique en 1964, la consolidation du toit du corps de logis et la réparation de la tourelle et de plusieurs voûtes est possible. Mais un nouvel abandon survient durant près de vingt ans avant son rachat par les actuels propriétaires qui effectuent les travaux en coordination avec les Services de l’Etat.

VISITE CE DIMANCHE, dans le cadre des Journées du Patrimoine.

 

 

aza_vallerois3.jpgaza_vallerois1.jpg