Jonquilles, avec modération…. 

Il fait beau, et un peu plus chaud! Le soleil brille et nous avons tous envie d'aller prendre l'air….
Normal et compréhensible.
Revers de la médaille pour dame nature!
Cette fin de semaine dernière (et certainement la prochaine) la razzia a été faite sur les jonquilles par bouquets entiers qui, parfois, finissent par sécher coincés dans les essuie-glaces d'un pare-brise!
Bouquets entiers de fleurs à peine écloses que les promeneurs suivants ne pourront apprécier dans leur milieu naturel.
Et encore, ne nous plaignons pas, quand pelles et pioches ne sont pas de service.
 
Les perce-neiges ont subi le même sort! Fleurs des bois, de l'humidité et de l'ombre qui en 3 jours périclitent à 20° dans un verre d'eau où elles sont serrées comme des allumettes! A coup de pelles et autres armes tranchantes, j'ai vu ainsi disparaitre un parterre de cette plante qui pour son malheur agrémentait un bord de route. 
 
Je ne sais pas ce qu'il en est pour les perce-neiges, mais j'avoue que je l'ignorais, la jonquille est une plante protégée et la cueillette en est réglementée par des arrêtés préfectoraux, notamment dans les départements du Doubs, du Jura et de la Haute-Saône!
L'arrachage du bulbe est a fortiori également interdit, ce qui parait d'une bonne logique! Et il est fortement conseillé de laisser également les feuilles qui permettront audit bulbe de reprendre des forces pour redonner l'an prochain la fleur tant convoitée…
 
Etonnant aussi, sur les routes des Vosges Saônoises, en direction de GERARDMER (88), le nombre d'enfants (et d'adultes) qui, ayant installé une table sous un parasol, tendent le bras aux automobilistes pour vendre "le bouquet jaune" qui finira dans un bocal en bord de fenêtre ! J'en ignore le prix, je ne me suis jamais arrêtée…  A l'origine, un moyen de se faire de l'argent de poche pour les enfants des campagnes  qui est devenu, aujourd'hui, un petit commerce parallèle pour certaines familles (pas forcément du cru) peu scrupuleuses, qui la veille au soir ou dès l'aube ont déjà dévastés les prés verdoyants et les lisières de bois.
 
Oui, nous pouvons prendre une bouffée d'air pur, marcher un peu, et cueillir quelques fleurs. Quand les prés sont tout jaune, quand les fleurs sont en quantités, de là à en rapporter de pleines brassées, comme si nous faisions le concours du plus gros bouquet, il y a un pas, qu'il serait souhaitable d'éviter de franchir (celui du ridicule peut-être…).
 
Pour les infos sur cette jolie plante:
http://conservatoire-botanique-fc.org/jonquilles/index.php
 am_jonquille_gerardmer.jpg
  am_jonquille_grardmer.jpg 

am_perce_neige.jpg