Dimanche 30 mai 2010 – 18 heures et plus…

Je suis dans une grange sur une chaise inconfortable, les yeux fermés.

Il fait un peu frais pour ce 30 mai, même en soirée; un léger courant d’air traverse le bâtiment dont la porte est restée ouverte.

Je ne vais pas m’endormir. All Blues de Miles Davis se termine quand l’Angélus résonne sur le village.

Nous sommes une petite centaine à nous être déplacé dans ce minuscule village au milieu des bois, pour venir écouter un concert de Jazz, le M.K.M. Trio, sous les planches et les poutres. Le sol est en terre battue. Les hauts parleurs sont posés sur des vieux tonneaux.

am_bougey_jazz_chateau_19.jpgLe lieu ? une grange dans la cour du château d’une des plus petites communes de Haute Saône.

La chaleur monte dès le départ avec une interprétation de Adieu Tristesse / Samba De Carnaval" (Orfeu Negro), puis du non moins célèbre Summertime. Le ton est donné, la soirée s’annonçait agréable, elle le fut durant deux heures musicales et magiques.

Ensuite la Caravan du grand Duke (Ellington) nous emporte ailleurs.

Voilà ce qu’il se passe parfois dans nos villages de Province isolé au milieu des bois.

Pour qui sait prendre le temps de regarder les affiches et les annonces, consulter les "agenda" des offices de tourisme ou des Communautés de Commune, des rencontres surprenantes peuvent se produire.

Ça swingue dans les campagnes entre les vieux murs. Nous n’y entendons plus vraiment des virelais de Guillaume de Machaud, l’amour courtois n’y est plus vram_bougey_jazz_chateau_18.jpgaiment de mise.

Mais parfois, au hasard d’une soirée, nous y passons de bon moment.

Et l’on y boit de la bière artisanale fabriquée dans un village voisin. ( http://www.brasserieredoutey.com/accueil.htm )

 

 

 

Le château – toute une histoire – extraits choisis sur le site:

La Seigneurie de Bougey à travers l’Histoire


Les premières informations concernant la seigneurie de Bougey apparaissent dès 1127 lorsque Guillaume 1er de Pesmes est aussi mentionné sire de Rupt, Bougey et Oigney.
De 1284 à 1326, les sires de Pesmes abandonnent peu à peu leurs privilèges sur les cures et les églises de Bougey et d’Oigney, les laissant au profit de l’abbaye de Cherlieu.
Vers 1311, apparaît la première mention d’un château à Bougey, propriété d’Etienne de Bougey dit Bougeroz.
En 1352, les terres de Bougey passent à Béatrix de Bougey, nièce d’Etienne.
Les textes ne sont guère prolixes au XVème siècle en ce qui concerne Bougey et son château. On mentionne pourtant que Jeanne de Gouhenans épouse de Henri de Saint-Aubin, seigneur de Conflandey, fit reprise du fief à Jean de Rupt en 1427.


L’hôpital clandestin


En 1944, lors de la deuxième guerre mondiale, le château fut transformé en hôpital clandestin sous la direction médicale du Général A. Etienney aidé de son fils. Le château avait subi quelques transformations pour la circonstance ; on y soignait indifféremment, selon les témoignages, les résistants français du maquis voisin, des soldats allemands, dont un commandant, blessés dans l’embuscade de la R.N. 19 le 3 septembre 1944 et même quelques russes blancs qui s’étaient révoltés contre l’occupant.

Le château reste ouvert aux visiteurs tous les jours de l’année, y compris les jours fériés ; il est seulement recommandé en semaine de prendre rendez-vous par téléphone auprès de. Monsieur André Billy* qui se fera un plaisir de vous guider dans la visite moyennant un droit d’entrée très modique. Tout don pour la remise en état est aussi accepté.

* Téléphone 03 84 68 04 01. 

http://www.paysjusseen.org/tourisme_patrimoineculturel_chateaubougey.htm

 

 

en ce qui concerne le groupe, ils seront à VESOUL, au café "Côté Bistrot" ce 12 juin 2010

http://www.myspace.com/jeanpierremouton

 

PHOTOS de l’auteur de l’article –

 am_bougey_jazz_chateau_17.jpg